Elle était connue des Canaanites en tant que ASTARTE, pour les Sumériens, elle était INANNA, pour les Babyloniens, elle était connue sous le nom de ISHTAR, pour les Assyriens et les Akkadiens, ASHTART, ASHTORETH, ASHERAH, et ASTORETH. Pour les Egyptiens, elle était ISIS, ASHET et ASET, et pour les Phéniciens, elle était TANIT-ASHTART et ASHTAROTH. Son nom ougaritique était ANAT.

Astaroth est une Déesse ancienne. Tout comme Satan et Belzébuth, elle était avec l'humanité depuis le début. Astaroth est la fille de Satan. Elle ne voulait pas que cela se sache jusqu'à récemment [Octobre 2016]. Elle était toujours très populaire, très aimée et respectée là où elle était vénérée. Comme elle était avec nous depuis le début, elle est connue par plusieurs noms différents, car elle était la Déesse chef dans de nombreuses régions et cultures différentes. Elle était connue en tant que Déesse de la fertilité, de l'amour et de la guerre. 

Grande Prêtresse Maxine :

« Mon expérience- Astaroth est très belle avec des cheveux blonds clairs. Bien qu'elle soit grande, elle est délicatement bâtie. Les couleurs d'Astaroth sont le rouge et le bleu. Elle apparaît parfois avec des ailes blanches striées de rouge et de bleu. Elle me rend souvent visite, ainsi qu'à d'autres membres du clergé de JoS, de son propre chef, et elle est pour nous une amie et un guide ».

Grand Prêtre Hooded Cobra 666 :

« Astarté est la Déesse la plus importante du Monde Antique. Elle est aimée dans le monde entier, elle est la force toute puissante de ce qui est féminin, l'émotion de l'amour, le pouvoir et la gloire. C'est l'une des Déesses les plus avancées, elle est incomparable. Avec Azazel, elle était l'une des divinités protectrices de l'humanité, menant l'humanité vers le Magnum Opus et les mystères de l'élévation du Serpent de la Kundalini. Son savoir, son pouvoir et sa beauté sont incomparables, et la profondeur de ses mystères est insondable, ce que l'humanité cherche toujours à comprendre - que ce soit dans les cieux ou sur terre. Reine des Etoiles, de la Nature, de la Pureté et de la Beauté, elle représente la plus haute élévation de l'âme humaine mais aussi de la femme par définition ».

Pour des connaissances avancées sur Astarté, des allégories et des informations plus complètes sur la Déesse, cliquez ici.




Les symboles d'Astaroth proviennent
de la croix Egyptienne, Ankh

Sigle d'Astaroth

Le mur d'Inanna à Uruk

Les trois points à chaque extrémité de l'étoile de son sigle sont extrêmement anciens et dénotent son haut rang spirituel. Son sigle représente également des points importants de l'âme humaine, comme le montre le glyphe de Vénus avec la croix inversée symbolisant le très important chakra solaire, et les piliers de l'âme de chaque côté.
En tant que Déesse Sumérienne « Inanna », elle était connue pour être une puissante guerrière et son animal sacré était le lion. Vous trouverez ci-dessous des photos des lions qui gardaient son temple à Nimrud.


Sa ville sacrée était Uruk, l'une des plus anciennes villes de Sumer, où son temple se situait. On voit les ruines sur la photo de droite ci-dessus. Sous son règne, les habitants de Sumer et leurs communautés ont prospérés et se sont développés. Elle avait des sanctuaires et des temples dans de nombreuses villes du Moyen-Orient antique.

Son titre Sumérien de « Reine du Ciel » a été volé par les chrétiens et utilisé pour leur « Vierge Marie » fictive, qui est un imposteur.

Astaroth était aussi la Déesse Babylonienne Ishtar. Les écritures babyloniennes la surnommaient « La Lumière du Monde », « La Déesse des Déesses » et « La Dispensatrice de la Force ».

La « Porte d'Ishtar », construite vers 575 avant notre ère, était l'entrée principale de Babylone. Elle était la huitième des huit portes de la ville intérieure. Le roi Nabuchodonosor II de Babylone a dédié la Porte à Ishtar. C'était l'un des monuments les plus impressionnants du Proche-Orient ancien. La Porte d'Ishtar était décorée de dragons, de taureaux et de lions. Avec Ea [Satan] et Enlil [Belzébuth], elle s'est retrouvée dans les grimoires quand la bible judéo-chrétienne est entrée sur scène, en tant que l'un des plus grands Princes Couronnés de l'Enfer. Ces trois divinités étaient les plus populaires et les plus connues du Moyen-Orient. Leur réputation a été détruite; ils ont été vicieusement calomniés, blasphémés, diabolisés et ont été étiquetés comme étant « maléfiques ».

« Bien que Sidon soit respectée, on ne pouvait oublier que sa déesse était Ashtart, un nom que le scribe israélite a écrit avec les cinq consonnes 'strt', et les a vocalisées par les voyelles du mot hébreu familier pour le mot « honte », faisant apparaître la déesse Sidonienne sous la forme bâtarde d'Astoreth ».
–Extrait de "Recovering Sarepta, A Phoenician City" par James B. Pritchard, 1978

« On peut retrouver différentes orthographes du nom Astarté dans les lettres du Tel Amara. L'hébreu Astoreth est né lorsque l'école rabbinique des Massorètes au VIème siècle, a décidé d'adopter un système conventionnel pour compenser l'absence de voyelles dans l'hébreu écrit, et en même temps, insérer dans les noms des divinités étrangères les voyelles du mot 'boshet', qui signifie « abomination ».
-Extrait de "Who's Who Non-Classical Mythology" par Egerton Sykes, 1993


Les vestiges du Temple d'Isis ci-dessus, qui se trouvaient à l'origine sur l'île de Philae Island, ont dû être déplacés sur l'île d'Agilqiyya [ci-dessus] pendant la construction du barrage d'Assouan pour les protéger des inondations.

Astaroth répond aux questions qui concernent le passé, le présent et l'avenir. Elle découvre tous les secrets et c'est un excellent professeur des sciences libérales. Elle peut provoquer les rêves prophétiques et/ou des visions de l'avenir et elle donne un aperçu de l'inconnu. Elle conseille également les humains qui sont proches de Satan et qui travaillent activement pour lui. Elle obtient l'amitié de ceux qui ont le pouvoir et elle représente le luxe et l'aisance.

Pâques [initialement connu sous le nom « Ashtar »] lui a été volé par les chrétiens.


SIGLE
IMAGE
Œuvre d'art réalisée par Marcos Macias


Retour à la page des Démons, les Dieux de l'Enfer